peauPremière barrière du système immunitaire.

Le système immunitaire, c’est en quelque sorte des soldats de l’ombre, hyper entrainés, qui assurent la meilleure défense contre les maladies. Sans lui la moindre égratignure pourrait devenir fatale. La rapidité d’action du système immunitaire est très importante, il combat de façon incessante les bactéries, virus, parasites, champignons, ou plus grave, les maladies cancéreuses.
Il intervient en assurant notre protection à toute heure de la journée.
Ce système biologique est constitué d’éléments capable de distinguer les éléments appartenant à l’organisme ( le « soi ») aux éléments
étranger à l’organisme (le « non soi »). Responsable de notre défense, il est aussi malheureusement, responsable du phénomène de rejet des greffes.Les agressions peuvent être

  • physiques : chocs, traumatismes, déchirures, frottements, changement brusque de température, brûlures, poussières,
  • ou chimiques : agents externes, acides ou agents caustiques.

Les agressions peuvent venir aussi  d’autres organismes vivants : microbes, bactéries, virus, champignons qui utilisent notre propre
terrain comme milieu pour proliférer.

La première barrière de ce système de défense est : la PEAU

C’est le plus grand tissu externe et la plus importante barrière du système de défense. C’est une fermeture à l’entrée des autres corps étrangers.
Dans les cas de brûlures importantes, la peau est endommagée de façon excessive et importante, le risque d’infection et de surinfection devient
très important entrainant parfois le décès de la victime.
La peau offre une surface et un milieu très hostiles pour les assaillants : la surface est plutôt sèche, le ph est légèrement acide et souvent peuplée de bonnes bactéries
qui réalisent un premier gros filtrage.

Après la peau, les muqueuses

Elles constituent elles aussi une autre barrière de protection. Cette muqueuse tapisse la cavité buccale, les voies oro-pharyngiennes,
les voies respiratoires et uro-génitales. Elles forment une barrière imperméables aux agents agresseurs ou infectieux externes.

La peau et les muqueuses sont recouvertes d’une flore bactérienne normale qui protège efficacement le terrain. La densité et la composition varie.
Cette flore bactérienne est composée de plusieurs populations bactériennes, variable en nombre et en genre, spécialisées suivant les régions définies du corps.
Elle joue un rôle capital et essentiel dans la résistance à l’infection Elle empêche les micro-organismes étrangers et pathogènes de s’implanter.

On trouve en majorité sur la peau, des staphylocoques épidermiques qui produisent des acides gras capables d’empêcher la prolifération des champignons et protéger la peau des mycoses.

La Peau et la Muqueuse : c’est Yin ou c’est Yang ?

Ceux d’entre vous qui ont suivi mes conférences sur la théorie Yin et Yang ( Lý Thuyết Âm Dương)  savent que :

  • La peau représente la partie YANG car située plus à l’extérieur.
  • Les muqueuses représentent la partie YIN car tapissent plutôt les « cavités » à l’intérieur.

Cette première barrière très importante du système immunitaire est scindée en deux parties Yin et Yang comme tout l’ensemble de l’organisme et de l’univers.

Lorsque la peau Yang est dans un environnement trop humide (Yin), il y a risque de déséquilibre, d’affaiblissement. Un exemple concret, on attrape froid en restant trop longtemps dans l’eau, ou
en portant un vêtement mouillé, une plaie de la peau guérit beaucoup moins bien si c’est humide (sparadrap maintenant l’humidité permanente d’une plaie).
L’utilisation d’une barrière de protection (gel, crème) en hiver est capitale, c’est la protection de l’énergie Yang et sa préservation contre l’attaque du froid (Yin) à l’extérieur.

A l’inverse, la muqueuse qui est Yin, en présence d’un évènement trop YANG, c’est comme une faille dans les murs d’une forteresse. Par exemple: l’assèchement de la bouche par manque ou absence de salive entraine des infections multiples, l’utilisation d’agents désinfectant yang peut déstabiliser la flore buccale, vaginale et créer un déséquilibre et des problèmes.
La consommation d’aliments trop YANG entraine l’apparition de signaux d’alerte au niveau de la muqueuse ( boutons, aphtes, rougeur, démangeaisons ). Ces signaux sont les moyens que l’organisme utilise pour  nous prévenir de l’existence d’un certain déséquilibre. Il attend alors de nous la compréhension du message et la changement dans notre alimentation.

J’y reviendrai sur cette notion dans la rubrique Diététique et Alimentation Tao.

Cette première notion de respect du yin et du yang sur la première barrière de notre système de défense est capitale dans les théories d’équilibre de la médecine vietnamienne.

Duc

Tagged with:

Catégorie : Médecine OccidentaleMédecine Orientale

Vous aimez cet article ? Abonnez vous à mon flux RSS et recevez plus d'infos!